Bonjour à tous,

Vous arrive-t-il de ressentir un profond malaise en vous demandant qui vous êtes vraiment ? Qu’est-ce que vous voulez vraiment ? Avez-vous cette fâcheuse tendance à vous dénigrer, à ruminer vos défauts et vos faiblesses ? Vous avez du mal à mettre un projet en route, pourtant vous ressentez le besoin de faire bouger les choses, mais vous ne savez pas par où commencer. Vous êtes dans le flou le plus complet en vous disant qu’il serait bon de faire une pause pour faire le point.

pause

Au vu du nombre de personne que je reçois à mon cabinet avec ce profond malaise, il m’a semblé important aujourd’hui de venir vous parler de l’estime de soi qui, à mon avis, est un pré-requis à toute réussite. Mais tout d’abord…

Qu’est-ce que l’estime de soi ?

L’estime de soi est une attitude intérieure basée sur la perception de nous-même qui consiste à se dire qu’on a de la valeur, qu’on est unique et important en reconnaissant ses qualités et ses limites, en s’appréciant et en s’acceptant tel que l’on est. C’est l’évaluation globale de la valeur de soi en tant que personne, c’est-à-dire le degré de satisfaction de soi-même.

L’estime de soi est constituée de trois composantes :

  • l’amour de soi,
  • l’image de soi,
  • et la confiance en soi.

De ce fait, vous l’aurez compris, l’estime de soi influence toute notre vie :

  • nos pensées,
  • nos actions,
  • et nos sentiments.

pensees-actions-sentiments

Comment se construit l’estime de soi ?

Vous êtes un être social qui se développe au contact des autres. La perception que vous avez de vous-même se forge dès vos premières années de vie. Très tôt, on vous apprend à dire maman, papa, etc. On vous enseigne à parler, à marcher, puis on vous montre ce qu’il faut faire et ne pas faire.

manan

Durant l’enfance, ce que vos parents, vos amis diront, les façons dont ils agiront avec vous, influenceront directement votre perception de vous-même, votre image de soi.

A l’adolescence, votre environnement et l’image que vous aurez de vous-même nourriront également votre estime, votre sentiment d’avoir une valeur ou non.

Rendu à l’âge adulte, l’environnement joue encore un rôle important dans l’estime de soi en plus des événements du passé (succès, erreurs, échecs, …) qui eux influenceront votre confiance en soi.

Si l’estime de soi se consolide au fil des expériences de la vie, elle n’en est que renforcée si l’on grandit dans un environnement stable, où l’on se sent en sécurité, où l’on est approuvé, mais si ce n’est pas le cas, au fil des années qui passent, il devient difficile d’avancer dans la vie sereinement.

L’attitude intérieure comme mécanisme de survie

Nombreux sont les enfants qui ont grandi sans le soutien d’une bonne estime de soi, et plus tard, dans leur vie d’adulte, combien d’entre eux fournissent un tas d’efforts pour être parfait, aussi bien au travail qu’à la maison ? Tout cela pour être conforme à la société, donner à l’autre ce qu’il croit qu’on attend de lui.

Ce mode de comportement est en fait un mécanisme de survie mis en place inconsciemment par peur de déplaire, par peur du jugement des autres. Ils se sont conditionnés, dès le plus jeune âge à paraître, plutôt qu’à être.

Oui, tout petit déjà, combien de fois un enfant a-t-il entendu son père ou sa mère dire :

  • « Si tu m’aimes, mange ta soupe. »

Quel rapport y-a-t-il entre le fait de ne pas manger sa soupe parce qu’il n’a plus faim ou qu’il n’apprécie pas, et l’amour de ses parents ? Aucun !

Mais que se passe-t-il chez l’enfant qui entend cela de manière répétitive ? Il va intégrer le fait que pour être aimé, il faut qu’il fasse quelque chose. Pour être aimé, il doit se conformer a ce que l’autre veut, et non pas au besoin qui est le sien.

Très tôt donc, dans notre éducation on met en place des systèmes qui nous oblige à avoir un rapport avec l’amour de soi qui est toujours conditionné.

Alors non ! « Je t’aime même si tu ne manges pas ta soupe. Je t’aime même si tu as de la difficulté à l’école. Je t’aime même si tu ne fais pas de grandes études. Je t’aime inconditionnellement !!!” Eh oui, cela passe par accepter les travers de l’autre, tout simplement parce que l’être humain n’est pas parfait, et c’est ok !

On doit d’ailleurs avoir le même rapport avec soi-même. On doit s’aimer inconditionnellement, avec nos qualités, comme avec nos défauts.

Je constate régulièrement que nombreux sont les gens qui arrivent à un certain âge en ressentant un profond malaise, en ce demandant qui ils sont vraiment, et qu’est-ce qu’ils veulent vraiment ? C’est comme s’il y avait un malentendu avec eux-mêmes. Ils ont grandi avec des valeurs, mais des valeurs que ne leurs correspondent pas forcément. D’où cette sensation de mal-être sans savoir comment l’expliquer puisque cela se passe au niveau de l’inconscient.

Ils n’ont aucune idée de leurs qualités, de leurs forces, de leurs véritables besoins, et n’ont aucune ou si peu d’estime de soi. Ils s’évaluent d’après leurs échecs passés, et les critiques des autres… Souvent, ils auront de la difficulté à réussir quoi que ce soit tant les reproches intérieurs sont importants. Ils ont un grand manquent de confiance en eux. C’est alors une lutte de tous les jours, et de tous les instants pour avancer dans la vie. J’ai également pu remarquer que bien souvent une fatigue chronique s’installe par-dessus tout ça. Eh oui, c’est très fatiguant de lutter contre qui l’on est vraiment. C’est comme nager à contre courant.

nageur

Comment développer une bonne estime de soi ?

La façon dont nous pensons joue un rôle déterminant sur notre estime de soi. Si notre discours intérieur face à notre valeur est négatif, notre estime de soi sera faible… ou inexistante.

Stop à l’auto-sabottage.

Il faut commencer par cesser de s’auto-sabotter à travers un discours négatif. Fini la victimite aïgue ! Ruminer ses défauts, et ses faiblesses n’ont jamais changé les choses de manière positive. Cessez de vouloir plaire à tout le monde. Cessez les préjugés et arrêtez de vous dénigrer, mais :

Ouvrez votre esprit sur le champs des possibles, et restez ouvert; ce n’est pas parce que vous n’arrivez pas à faire quelque chose que vous êtes nul ou qu’on ne va pas vous aimer ! Vous savez certainement faire des choses que je ne sais pas faire et vice versa. Chacun est unique. Ce n’est pas non plus parce que vous refusez quelque chose à quelqu’un que plus personne ne vous aimera. Vous avez aussi le droit de dire NON ! Savoir dire non, c’est respecter votre besoin.

  • L’erreur, facteur de réussite

Une erreur n’est pas un échec. Dîtes-vous que cela vous apporte une expérience. Les expériences vous mèneront à développer des compétences, et l’accumulation de ces compétences vous permettrons d’avoir davantage confiance en vous, quelque soi le domaine, mais n’abandonnez pas sous prétexte que vous avez loupé une fois ! Rappelez-vous combien de fois avez-vous chuté en apprenant à marcher ? Mais vous avez finalement réussi. Eh oui, l’homme développe la confiance en soi à travers les nombreuses expériences qui l’on mené vers plus de compétences. C’est aussi à travers la répétition des échecs qu’on apprend à devenir meilleur. C’est humain de se tromper, c’est encore plus humain d’accepter ce qui est. Vous le feriez certainement pour votre meilleur ami, alors faite-le aussi pour vous. Vous êtes juste en train de développer un progrès, c’est parfait. Comme dit mon ami François Lemay : « It’s ok, it’s a process ! »

  • Soyez attentif à vous-même

Soyez attentif à vos désirs, faites-vous plaisir, prenez soin de vous, exprimez vos besoins et vos attentes car on ne peut pas les deviner. Vous en recueillerez un mieux-être et de l’énergie. Ne vous sentez pas responsable pour la terre entière, mais seulement pour les choses que vous êtes en capacité de contrôler.

  • Créez la liste de toutes vos réalisations.

Qu’avez-vous réussi jusqu’ici ? Faite votre liste. Vous serez surpris de voir qu’elle est plus longue que vous auriez pu l’imaginer ! Parce que, oui, vous avez déjà réalisé des choses, vous avez déjà réussi dans certains domaines et vous n’êtes pas nul !!! Prenez le temps et cherchez bien, vous allez trouver c’est sûr.

  • Apprenez à vous connaître

Fort de cette liste, et pour chaque chose réalisée, répertoriez maintenant toutes les qualités, les forces, les habilités, les talents qu’il vous a fallu pour y arriver.

Allez, pausez-vous un moment pour y réfléchir.

reflexion

Ca y est, vous êtes revenu ? Bon, étonnant n’est-ce pas ! Auriez-vous imaginé une liste si longue ?

Voici ma façon de penser; maintenant plutôt que d’essayer d’utiliser des qualités, des forces, des habilités, des talents que vous n’avez pas, pourquoi ne pas commencer avec ce que vous possédez déjà en vous, et ce avec quoi vous avez déjà réussi ? Rien ne vous empêchera par la suite d’évoluer, mais il me semble qu’il est important de reconnaître d’abord sa valeur, et faire cette liste est une bonne façon d’en prendre conscience. Fini la dévalorisation avec une bonne estime de soi !

Et puis, il faut savoir que toutes les stratégies de réussite et d’excellence reposent sur des attitudes et des mentalités, et qu’entre là où vous êtes et là où vous voulez aller, il y a un tas d’étapes, retenez bien ça. Un pas à la fois.

Sentez-vous comme vous commencez à penser différemment ? Vous vous forger un mental de gagnant en développant votre estime de soi. C’est pas génial ça ! Vous comprenez, maintenant, pourquoi il est si important d’avoir une bonne estime de soi pour réussir.

Voilà, mon billet prend fin. C’est à vous de jouer maintenant. Vous avez tout en mains pour retrouver une bonne estime de soi.

Si vous avez trouvé de la valeur à cet article, je vous invite à le partager dans son intégralité, en vous servant des icônes en bas de cette page. Un grand merci à vous 🙂

Je vous envoie mes plus belles pensées, et en attendant notre prochaine communication :

“Boostez votre estime de soi pour une belle réussite !”

A bientôt tout le monde !

Manolita.

 

Share Button