Vous est-il arrivé d’avoir spontanément une super idée, et l’instant suivant un tas de « oui mais » arrivent et vous abandonnez tout, en retournant à votre routine bien sécurisante, et sans peps ?

Bienvenue dans un des visages de l’auto-sabotage.

L’être humain à ce besoin de tout contrôler, de dominer, en cherchant la puissance et la force. Bien souvent il cherche des solutions à l’extérieur de lui-même.

Vous venez pourtant de vivre un instant magique, d’une immense valeur, et qu’on appelle l’intuition. Cette idée spontanée aurait pu vous permettre de changer de vie, de travailler dans le domaine de vos rêves, de rencontrer quelqu’un, de retrouver la santé, etc. Mais une fois de plus,vous l’avez laissé aller. Rohhh ! 😏 Bon, ne vous inquiétez pas, tout peut changer !

Qu’est-ce que l’intuition ?

L’intuition, cette force en vous que l’on appelle également sixième sens, est une inspiration du subconscient. C’est une certitude immédiate, directe et claire, qui se trouve bien au-delà des cinq sens. Aucun corps émotionnel ou mental ne la gère, c’est pourquoi la différencier d’une activité mentale est difficile pour celui qui n’est pas habitué à l’écouter.

L’intuition à cette faculté de se manifester de plusieurs façons :

Comme une voix intérieure qui nous incite à faire telle chose plutôt qu’une autre, avec la certitude qu’on est dans le juste sans pouvoir l’expliquer. Elle ne crée aucune inquiétude, mais bien au contraire, elle nous fait vivre une vibration, ou encore elle nous donne la « chair de poule ».

Cela peut être également une image qui surgit spontanément, ou une idée.

Que se passe-t-il lorsque vous écoutez votre intuition ?

Ecouter son intuition, c’est être branché à sa source intérieure, celle qui nous connait mieux que personne, et plus on écoute son intuition, plus on se sent confiant et fort. Notre énergie se décuple avec le sentiment que tout est possible. On se trouve dans sa propre certitude, ouvert et disposé à tenter de nouvelles expériences en ayant la certitude de poser les bonnes actions.

Cela dit, nous pouvons également utiliser à bon escient notre intellect pour mener à bien ces nouvelles expériences. Savoir se donner un timing, savoir s’organiser, planifier les actions pour aller jusqu’au bout de notre idée, etc.

L’égo, ce gâcheur de fête…

Pour autant, dans bien des cas malheureusement, l’égo, ce “je” que nous croyons être, et qui veut diriger notre vie, vient gâcher la fête avec son lot de peurs, de mise en garde, de croyances limitantes. Tout ceci est créé par nos anciennes expériences de vie ou celles de notre entourage plus ou moins proche. Cet égo qui croit être notre “je suis” considère qu’il est là pour nous protéger, et nous dicter la meilleure conduite à suivre. S’il prend le dessus, il a tendance à analyser notre intuition pour finalement décider que notre idée n’est pas bonne; ainsi nous bloquons notre intuition, et nos décisions sont motivées par la peur plutôt que par l’amour, et l’écoute de nos besoins.

Cela implique alors que nous vivons le contraire de ce qui serait bon pour nous, d’où les sensations diverses de malaises, de mal-être, de déprime, de baisse d’énergie manifeste, de sensation d’inconfort et d’impuissance. C’est pourquoi également que nombreuses sont les personnes avec la sensation de tourner en rond, de végéter plutôt que d’avancer dans la joie vers leurs buts.

Voici un expérience personnelle pour imager mes propos :

En 2008, j’ai été très handicapée par un kyste qui prenait toute la place dans le canal lombaire (au bas de la colonne vertébrale) et comprimant le nerf sciatique. Inutile de vous dire que je souffrais le martyr, ne pouvant rester debout plus de trente seconde. Après l’examen d’IRM confirmant le diagnostic, j’avais rendez-vous avec le chirurgien. Pour lui, une seule solution possible, celle de l’opération pour extraire ce kyste. Cependant, il me mettait en garde sur les énormes risques encourus, puisqu’on touchait à la colonne vertébrale. Des séquelles possibles pouvaient me laisser en fauteuil roulant, et notamment inévitablement, je sentirais des fourmillements continuent dans la jambe, et à vie. Mais, sans cette opération, le kyste pouvait léser irrémédiablement le nerf sciatique.

J’étais sous le choc, et sur le moment motivée par la peur, j’ai accepté de poser une date d’opération. Je suis repartie avec une décharge de cinq pages à lire, et à rapporter signée.

Je ne sais pas pourquoi, ni comment, mais en prenant un peu de recul sur cette situation, un profond sentiment de regret montait crescendo à l’idée d’avoir accepté cette opération. Certes je souffrais énormément, mais plus j’étais à l’écoute de mon ressenti, et plus je la rejetais. Mon intuition était très forte, mais mon mental arrivait à la rescousse me fournissant tout un tas de raisons pour ne pas la suivre (peurs, croyances, etc). Quel dilemme !

Cependant, un matin, alors que je souffrais pourtant le martyr, je décidais de suivre cette intuition qui me disait :

« Non, ne te fait pas opérer, laisse toi du temps, ne te précipite pas ».

Nous étions fin juin, et je me donnais jusqu’à début septembre. Je laissais l’été passer, me disant que j’avais à ma disposition une autre possibilité dans mon cursus professionnel, celle d’utiliser mes outils en développement personnel, et notamment en symbolique du corps, en allant à la recherche de la cause profonde qui avait donné naissance à ce kyste. Je décidais donc de rechercher le conflit intérieur pouvant en être la cause, car il est reconnu aujourd’hui que plus de 80 % des maladies sont psychosomatiques, c’est-à-dire que le mal physique est causé par une cause émotionnelle ou mentale, d’où l’intérêt d’aller regarder les malaises et maladies sour leur aspect métaphysique (au-delà du physique). Hippocrate, le père de la médecine disait déjà :

Si quelqu’un désire la santé, il faut d’abord lui demander s’il est prêt à supprimer les causes de sa maladie. Alors seulement il est possible de l’aider.”

Ce matin là, alors que j’avais décidé de contacter le secrétariat de la clinique pour me désister, le téléphone sonna avant même que je n’ai eu besoin d’appeler. Clin d’oeil de la vie ! 😉 C’était la secrétaire qui me communiquait que le chirurgien ne pouvait plus m’opérer à cette date. Comment vous dire ce que j’ai ressenti à ce moment précis ? Une inspiration profonde de mon subconscient, une certitude immédiate, directe et claire, associée à une joie immense, me confortait dans l’idée qu’il fallait que j’annule tout. J’ai alors indiqué à la secrétaire que son appel tombait à point nommé, puisque je désirais annuler le rendez-vous de l’opération. Il y eu un blanc au téléphone.

Moi : « Allo, madame ! Vous êtes toujours là ? »

Oui, elle était toujours là, mais interloquée par ma décision, elle était restée sans voix. Je lui ai expliqué mon intention, et elle a finalement compris.

A cet instant précis, j’avais la conviction profonde que j’avais pris la bonne décision et au-delà de ça, j’étais à 100 % convaincue qu’il n’y aurait pas d’opération. Quel bonheur de ressentir ça ! Je me sentais littéralement dégagée d’un poids.

Bon, ensuite, il a fallu me mettre en quête de ce fameux conflit intérieur. Après un questionnement pertinent, je suis arrivée à le trouver, et surtout à le régler. Je ne vous expliquerais pas tout les détails ici, ce serait trop long, mais si vous souhaitez en savoir plus, je vous invite à lire mon livre “J’ai souffert… et tant mieux“.

J’ai compris que j’étais sur la bonne voie, lorsque la douleur diminuait de jour en jour pour finalement disparaître totalement au bout de seulement une quinzaine de jours, alors que le kyste était installé depuis neuf mois !

En quinze jours le kyste s’était résorbé de lui-même. J’avais fait d’une pierre deux coups; guéri physiquement et psychologiquement. Suivre mon intuition m’avait non seulement offert une belle victoire, mais j’avais surtout retrouvé la santé !!!

Vous pensez peut-être, pourquoi ne pas avoir fait cela plus tôt ? Eh bien dans un premier temps, il me fallait un diagnostic précis. Au départ, mon médecin a cru à une simple sciatique. Ensuite, il a été certainement négligeant je l’avoue en laissant trainer les choses, malgré plusieurs consultations. Il m’a fallu une énième visite, et tomber sur sa remplaçante, qui s’en est véritablement inquiétée, au point de prendre elle-même le rendez-vous pour un IRM. Ensuite, il m’a fallu attendre le résultat avec le rendez-vous chez le chirurgien, et tout cela a pris neuf mois !

Attention cependant ! Je ne suis pas en train de dire que toute opération doit être évitée. C’est un cas très personnel et puis, il n’y avait pas de risque de vie ou de mort ici. Néanmoins, j’ai appris au cours de ma vie à devenir de plus en plus à l’écoute de mon intuition. Je dois dire qu’à chaque fois j’en ai été récompensée. Ce n’est pas simple pour tout le monde, j’en suis consciente. Nombreux sont ceux qui ne se laissent pas guider par leur intuition, tout simplement parce que ce n’est pas le genre de chose qu’on nous apprend depuis la plus tendre enfance. Bien au contraire, on nous fait rentrer dans un moule, qui bien souvent ne nous correspond pas puisqu’il n’est pas le nôtre, c’est-à-dire, adapté à qui nous sommes, et à nos propres besoins.

Ne vous est-il jamais arrivé de vous dire : « J’aurais dû suivre ma première idée, mon intuition. » et de vous en vouloir après coup parce que vous ne l’avez pas fait ? Ca nous est arrivé à tous ! Mais l’humain est tellement accroché à une façon de pensée (à ses peurs, ses doutes, ses croyances, ses valeurs) qui lui dicte sa manière d’avancer dans la vie, qu’il devient donc difficile de faire la part des choses et de distinguer la voix de son intuition.

Comment distinguer votre intuition ?

Tout ce qui vous vient spontanément, avec une certitude immédiate, directe et claire, représente le fruit de votre intuition.

Il est ensuite normal et humain d’analyser les choses, mais dans ce cas, utilisez plutôt cette analyse pour vous demander quand et comment arriver à vos fins. Si cela vous semble compliqué, établissez un plan, qui étape par étape, vous mènera à votre but ou faite-vous aider.

Vous ne vous tromperez jamais en suivant votre intuition parce qu’à cet instant même, vous êtes branché à la source, et à ce qui est bon pour vous. Vous n’imaginez même pas toutes les merveilleuses choses auxquelles vous pouvez avoir accès rien qu’en suivant votre intuition.

Comment développer votre intuition ?

Pour développer votre intuition, vous devez entrer de plus en plus en vous-même. Vous recueillir, méditer, travailler sur vos conflits intérieurs et les transformer, faire un ménage en vous. Prendre contact avec la nature permet de faire le vide de tous vos tracas. Essayez le plus souvent possible d’aller marcher au grand air.

Pour ma part, j’ai souvent des intuitions, où de belles inspirations lors de mes sorties en course à pied. J’explique cela par le fait d’être dans la nature à prendre conscience de ma respiration, à me concentrer sur elle. « Je me vide la tête » laissant ainsi l’espace pour accueillir les réponses aux questions que je me pose depuis plusieurs jours sans les trouver. Là, comme par magie, les réponses arrivent alors que je n’y pensais même pas.

J’aurais aujourd’hui une tonne d’autres expériences à vous raconter. Je vis, de jour en jour des choses merveilleuses grâce à mon intuition.

En reprenant contact avec votre intuition vous êtes en mesure :

  • D’accéder à ce qui est bon pour vous, et d’être plus authentique.
  • De déployer votre plein potentiel, et dans tous les domaines de la vie.
  • D’augmenter votre confiance en vous et en la vie, un pas à la fois.
  • D’améliorer le rapport à vous-même et aux autres.
  • De prendre conscience plus facilement de certaines choses pour transformer votre présent et construire votre futur.
  • D’affronter des situations délicates avec des attitudes justes.
  • D’expérimenter la vie avec plus de fluidité.
  • De rencontrer plus de réussite dans vos projets et objectifs.
  • De prendre des décisions justes.
  • D’être plus heureux en vous ouvrant aux champs des possibles.

Ne pensez-vous pas que cela en vaut la joie ?

Maintenant, en toute connaissance de cause, la prochaine fois que l’occasion se présentera, j’espère de tout coeur qu’il vous sera plus facile de suivre votre intuition.

En tout cas, je vous encourage à expérimenter. C’est ce que je vous souhaite profondément pour accéder au bonheur de vivre une vie en cohérence avec vos aspirations, et pleine de sens.

Si vous avez trouvé de la valeur à cet article, je vous invite à le partager dans son intégralité. Servez-vous pour cela des icônes en bas de cette page. Un grand merci à vous.

Je vous envoie mes plus belles pensées de bonheur et de joie. Je vous dis à très bientôt pour une nouvelle communication.

Manolita

Transformez vos conflits intérieurs pour booster votre confiance, et accéder à une vie remplie de sens

Share Button