Ne vous est-il jamais arrivé d’entendre vos amis, collègues, frères ou soeurs râler et se plaindre de leur travail en attendant les prochaines vacances pour mettre enfin un peu de peps dans leur vie ? J’en ai même vu cochant les jours sur le calendrier, à l’image du prisonnier dans sa cellule attendant avec impatience sa libération. Avez-vous également remarqué combien cette attitude est communicative en plus ? L’un commence, et l’autre renchérit de plus belle.

Peut-être faites-vous partie des “râleurs” vous-même ? Pensez-vous que cela contribue à votre bien-être et à votre réussite ? Non, n’est-ce pas ! Mais bon, vous n’êtes pas entièrement fautifs. Aimeriez-vous savoir pourquoi ?

Et si on reprenait tout depuis le début pour mieux comprendre…

Très tôt, on nous apprend à dire “maman”, “papa”, etc. On nous enseigne à parler, à marcher, puis on nous montre ce qu’il faut faire et ne pas faire, ce qu’il faut dire et ne pas dire, ce qu’il faut penser et ne pas penser… A l’école, il nous a fallu être bien discipliné pour rentrer dans le moule, nous transformant ainsi en robots. De Vingt à trente élèves devant l’enseignant avec chacun des points forts, des talents, et de nombreux rêves, mais qui en tient compte pour les faire avancer vers la meilleure version d’eux-mêmes ? Personne. Au lieu de ça, on enseigne les mêmes choses, de la même façon. Les enseignants ne sont pas fautifs, c’est le système qui l’est, leur laissant peu de moyens. A quand une école, accessible à tous, qui  aidera l’élève à développer son propre potentiel ?

Je me pose une question : “Combien d’enfants ont-ils trouvé leur vocation dans la vie, grâce à l’école ?

Je côtoie souvent des parents désespérés parce que leurs enfants se sentent complètement perdus durant la période d’orientation. Sans compter les enfants qui finissent par se sentir stupides, et complètement démunis parce qu’ils ne trouvent pas leur véritable voie. Je ne suis pas en train de dénigrer l’école dans sa totalité, mais qu’a-t-elle fait de l’individualité de l’être, et de sa créativité ? De plus, elle crée une rivalité entre les enfants, les mettant en compétition à travers le système de notes. Cela fait maintenant plus d’un siècle que les choses évoluent de la même façon, malgré toutes les réformes possibles et imaginables. Pourtant, lorsque l’on regarde autour de soi, tout le reste a évolué, et nous avec ! Le monde a évolué ! Ne serait-il donc pas temps d’enseigner autrement, et d’améliorer les méthodes d’apprentissage ? 

Une voie s’entrouvre

A la croisée des recherches sur le cerveau et des sciences de l’apprentissage, les neurosciences de l’éducation s’invitent aujourd’hui dans la salle de classe. Sont-elles capables de rendre les pratiques enseignantes plus efficaces et d’aider les élèves à mieux apprendre ? Le débat suscite des passions autour des immenses potentialités évoquées dans de nombreux projets de recherche dédiés à l’amélioration des méthodes d’apprentissage, pour lesquelles la focale serait faite sur le fonctionnement du cerveau. Neurosciences de l’éducation, esprit, cerveau et éducation ou encore neuro-éducation, le vocabulaire ne manque pas pour désigner cette “jeune science”, dont l’objectif est de mieux faire connaître le cerveau et les processus cognitifs qui lui sont attachés.

Mais bon, vous maintenant, sachant cela aujourd’hui, qu’allez-vous pouvoir faire désormais pour trouver ce qui vous fait vraiment vibrer professionnellement ?

Parce qu’effectivement, vous n’êtes pas entièrement fautifs d’en être là où vous êtes aujourd’hui, cependant vous avez la responsabilité de vous prendre en mains, et de trouver la solution pour changer votre situation.

Et si, à partir d’aujourd’hui, vous utilisiez votre énergie de façon positive en construisant quelque chose de plus épanouissant pour vous ? Qu’en dites-vous ?

De quelle façon ?

La première chose est de prendre conscience qu’en vous plaignant de la sorte de votre travail, vous n’êtes sûrement pas sur votre X dans cette activité.

C’est quoi être sur son X ?

C’est être à l’endroit où l’on veut être dans sa vie, autant personnellement que professionnellement, et d’avoir un mode de vie qui nous convient, en cohérence avec nos valeurs, et nos aspirations. Surtout, ne pas avoir le sentiment de passer à côté de sa vie. Je ne parle pas ici de vie parfaite, car la perfection n’existe pas, mais simplement d’aller à la recherche de ce qui nous rend heureux quotidiennement, et avoir un travail épanouissant contribue grandement à notre bonheur.

Avez-vous déjà pensé à une reconversion professionnelle ? Peut-être, mais comment la réussir et mettre toutes les chances de votre côté ?

Alors comment s’y prendre ?

Et si vous décidiez d’écouter votre petite voix intérieur, votre intuition, celle qui vous connait mieux que personne, mais que bien souvent vous n’écoutez pas, ou que vous envoyez paitre sous prétexte d’un tas de raisons en lien avec toutes vos peurs, et vos croyances limitantes ?

Et si, pour une fois, oui, vous vous arrêtiez pour l’écouter ? Que vous dit-elle cette petite voix quand vous vous mettez à penser que vous feriez bien autre chose dans la vie ? Que dit-elle cette petite voix lorsque vous pensez à une reconversion professionnelle ? Je parle de la petite voix positive, pas celle de l’égo qui vient tout gâcher, mais bien celle qui vous fait vibrer positivement.

Partez enquêter tel un Sherlock Homes en quête de sa passion, de votre passion, sans aucune barrière.

Ensuite, il y a autre chose que vous devez absolument faire pour mettre toutes les chances de votre côté… Vous l’aurez compris dès le début de cet article, en avançant dans la vie, vous vous êtes forgé un caractère conditionné par vos parents, puis par vos enseignants, par votre entourage et même sûrement à travers les médias, et vous en avez perdu votre essence. Afin de bien réussir votre reconversion professionnelle, il va être bon d’aller à la rencontre de vous-même, c’est primordial.

Qui êtes-vous réellement ?

A force de vivre dans ce tourbillon, il est fort possible que vous passiez à côté de qui vous êtes réellement, et voilà une des raisons pour lesquelles vous en êtes là aujourd’hui, à partir travailler avec la boule au ventre le matin, sans entrain. Je connais bien ce genre de chose pour l’avoir vécu moi-même.

Jusqu’à la trentaine, je dirais que j’avançais par défaut dans la vie. C’est-à-dire que je me laissais aller au grès du courant de la rivière, acceptant les emplois qui se présentaient à moi sans chercher à me demander si j’allais m’y épanouir, ne comptant que sur le salaire à la fin du mois, en pensant que je n’avais pas le choix de faire autrement. Voici d’ailleurs une des croyances qu’on m’avait inculqué, et que je m’étais autorisée à croire. Quelle erreur !

Quand un poste se présentait à moi, je voyais juste si ça rentrait dans mes cordes, et je l’acceptais si c’était le cas, jusqu’au jour où ça n’a plus été du tout, à tel point que je partais travailler, non seulement avec la boule au ventre justement, mais mon corps entier me faisait vivre un tas de maux pour me faire prendre conscience de cette hérésie.

Lorsque j’ai eu mon deuxième enfant, j’ai demandé un congé parental d’éducation qui m’a été accordé, et qui m’a permis, non seulement de profiter formidablement bien de mes enfants, mais j’ai enfin pu prendre également le temps de me poser la question de savoir dans quel domaine je pourrais m’épanouir professionnellement, car il était devenu hors de question de reprendre un travail où je m’ennuyais éperdument. Ce n’était pas ça la vie pour moi. Ce cheminement a été l’un des plus beaux voyages de ma vie, car je suis véritablement allée à la rencontre de moi-même.

Je ne dis pas que cela a été simple, ni rapide, je vous mentirais, mais quel bonheur aujourd’hui. J’ai exploré, testé, travaillé dur, et fait des choix difficiles parfois, mais étape par étape, j’ai fini par trouver ma mission de vie, et je suis fière aujourd’hui d’avoir osé relever le défi, parce que oui, c’est un défi.

Par où commencer ?

Tout d’abord, il faut que quelque chose de nouveau émane de vous, ou que vous fassiez entrer quelque chose de nouveau en vous. En effet, si vous faites toujours les mêmes choses que vous avez toujours faites, vous obtiendrez  toujours les mêmes choses que vous avez toujours eu.

Ensuite, devenez observateur de votre façon de penser. Si vous êtes en train de vous limiter en vous donnant un tas d’excuses pour ne pas prendre les rênes de votre vie professionnelle, vous n’obtiendrez jamais aucun changement c’est sûr ! Vous comprenez, c’est à partir de là que s’opèrera la véritable transformation.

Regardons ensemble ce qui empêche bien souvent les gens de passer de leur situation actuelle à leur situation de rêve :

  • La peur de l’inconnu (Eh oui, c’est bien normal, mais là il va falloir l’affronter cette peur, c’est la seule façon de l’effacer.)
  • La peur du regard des autres (Sachez que l’autre vous regarde avec ses propres filtres qui ne sont pas les vôtres : ne vous laissez pas embarquer.)
  • La peur d’échouer (Si vous n’essayez pas, vous ne saurez jamais si c’est possible, et vous arriverez en fin de vie avec plein de regrets. Je ne vous le souhaite pas.)
  • La peur du processus (Tout se construit pas à pas, étape par étape, donc pas de panique, de ce côté là vous pouvez vous faire aider. Il y a toujours des solutions.)

Sachez par-dessus tout, que les peurs sont toutes des suppositions. Selon les recherches du Dr Suzanne Jeffers, 90 % des scénarios qu’on va construire au quotidien par rapport à la peur, n’arriveront pas ! Remplacez donc vos suppositions par des actions constructives, et devenez le maître de vos interprétations. D’après vous, qui rédige le scénario de votre vie ? C’est vous les amis ! Commencez donc à écrire le bon scénario, et arrêtez avec la victimite aigüe ! 😉

J’ai le sentiment que certains insistent avec le : “Oui, mais si j’échoue ?”

Eh bien les échecs ne vous définissent pas déjà. Si jamais ça arrive, servez-vous en comme d’un apprentissage pour faire mieux la prochaine fois, et de toute façon, vous n’en êtes pas là ! Soyez plutôt confiant. Il sera toujours temps de régler les problèmes en temps et en heure.

Voici ce qui est important pour le moment : Etant donné que vous avez construit les filtres de votre identité à travers ceux de vos parents, de vos enseignants, de vos relations et des médias; le challenge qui se présente à vous désormais est d’aller à la recherche de vos propres valeurs, et de laisser aller les blessures du passé. Le passé, les amis, est un lieu de référence, et non un lieu de résidence. Donc, en avant toute !

Comment trouver ses valeurs ? 

La façon la plus simple est de penser à trois personnes que vous admirez et de réfléchir aux qualités (valeurs) de ces personnes. Qu’est-ce que vous admirez chez ces personnes ? Allez-y listez au moins dix valeurs par personnes. Si vous manquez d’idées, vous avez un ami qui s’appelle Google et qui vous donnera une liste incroyable de toutes les valeurs qui peuvent exister. Vous en serez peut-être même surpris tellement il y en a ! Vous y trouverez votre bonheur sans problème. Ensuite, retirez les dix qui semblent les plus essentielles à vos yeux, et classez-les dans l’ordre de la plus importante, à la moins importante. Faites un premier classement. Ne vous inquiétez-pas car au fil du temps ce classement peut changer. Tout est parfait !

Sachez que si vous voyez ces valeurs chez ces personnes, et que vous pensez ne pas les avoir, vous vous trompez. Vous les avez aussi, seulement elles ne demandent peut-être qu’à être révélées. A vous ensuite de les travailler, et de faire en sorte d’en prendre compte dans votre vie de tous les jours, et dans chaque action que vous ferez. Demandez-vous si ce que vous venez de faire est bien en accord avec vos valeurs, et sinon recalibrez les choses au fur et à mesure.

Et si, au contraire, vous avez déjà ces valeurs en vous, vous aimeriez peut-être les mettre davantage en avant.

En faisant cette recherche, vous permettez de mettre à jour vos valeurs les plus puissantes, et d’aller vers votre vrai “moi”.

Posez-vous également les bonnes questions. Demandez-vous qu’est-ce qui est facile pour vous, et qu’aimez-vous faire ? Etre à l’écoute des gens, cuisinez, écrire, faire du sport, bloguer ?..

Maintenant que vous connaissez vos vraies valeurs, que vous avez pris conscience de ce qui est simple pour vous, de ce que vous aimez, cela va guider votre choix vers une nouvelle activité. Une activité plus en cohérence avec vos aspirations. Peut-être même allez-vous, au fil du temps, vous découvrir une véritable passion (je vous le souhaite vraiment), et de cette passion en faire une activité lucrative. Waouh, quelle belle reconversion professionnelle possible, n’est-ce pas !

Quoi qu’il en soit, laissez le temps au temps de vous reconstruire (Ah oui, savez-vous aussi que l’impatience est un des ennemis de la réussite ?) et n’oubliez jamais que vous êtes le créateur de votre vie. Cela demandera sûrement du temps, parce que vous repasserez peut-être par de la formation, mais ça vaut le coup je vous assure ! De nos jours, il y a tout un tas de possibilités pour apprendre. Il serait dommage de passer à côté de ça !

Je suis d’accord pour dire que vous n’êtes pas toujours le seul responsable de ce qui vous arrive, ou de ce qui vous est arrivé, mais vous avez la responsabilité de trouver les habilités, et les solutions, pour affronter chaque difficulté, et en faire une force parce que vous le valez bien 😉.

Combien de dépressions pourraient être éradiquées, sans la prise d’anti-dépresseur, avec ce simple questionnement et sa résolution, mais le gros problème de l’être humain est qu’il a beaucoup de mal à sortir de sa zone de confort, préférant ainsi une situation sécurisante, mais qui ne lui convient pas.

Alors, oui les amis, faites-vous ce cadeau, vous le méritez. Un pas à la fois, sortez de cette zone de “soi disant” confort qui est un leurre en fait, pour enfin trouver ce qui vous fait réellement vibrer.

Je terminerais cette article avec la citation de Confucius qui disait déjà à l’époque :

“Choisissez un travail que vous aimez, et vous n’aurez plus à travailler un seul jour de votre vie.” 

Voilà les amis, si cet article vous a inspiré, et que vous connaissez des gens qui aimeraient bénéficier de sa valeur, sentez-vous libre de le partager dans son intégralité aux personnes que vous aimez, ou sur vos réseaux sociaux, à travers les petits logos ci-dessous.

N’hésitez pas également à faire vos commentaires ci-dessous, et si ne n’est pas déjà fait, entrez votre nom et adresse mail dans le formulaire ci-dessous pour recevoir votre guide gratuit “Devenez le créateur de votre vie, et attirez ce que vous voulez réellement” où je vous donne mes secrets au-delà de la loi d’attraction, ou en haut à droite, si vous souhaitez seulement que nous restions en contact et recevoir toutes les nouveautés.

En attendant notre prochaine communication, n’oubliez pas d’allumer l’étincelle qui est en vous, rêvez et surtout osez !

A très vite,

Manolita.

Share Button