Hello tout le monde !

Vous ne le savez peut-être pas, mais je suis une férue de course à pied. Marathon de Barcelone, la Muraille de Chine et la France en courant sont à mon actif.

Photos page FB Défis

J’y ai pris goût alors que j’avais seulement 9 ans. Une course avait été organisée autour de mon quartier et j’y ai participé. J’ai terminé 3ème et je n’étais pas peu fière. Ensuite, j’ai continué à courir à l’école, puis au collège en sport. J’adorais ça ! Je n’ai pas eu une enfance et une adolescence très simple et c’était le moyen que j’avais trouvé pour me vider la tête et en plus cela me donnait une énergie folle. Nombreux sont ceux qui pensent que faire du sport est fatiguant… Bien-sûr que lorsque l’on s’est bien donné lors d’un entrainement, ils n’ont pas tort, mais après une bonne douche, la fatigue s’envole et l’énergie est belle et bien présente. Plus on bouge, plus on est boosté. Je peux également dire que la première clé de la réussite, de toute réussite, est l’énergie. Sans énergie, rien ne peut être envisagé.

Alors une fois adulte j’ai continué à pratiquer ce sport. Bien-sûr, j’ai eu quelques pauses pour soucis de santé ou blessures, mais je dois avouer que la course à pied a toujours fait partie de ma vie.

Mon 1er marathon en 2011 à Barcelone.

Barcelone pic monkey2

Moment de méditation pour moi (eh oui !), je trouve en ce sport un véritable moment de bien-être, même si parfois ce n’est pas toujours facile.

La course à pied nous met directement en relation avec soi-même et la nature.

Mes conseils aujourd’hui vont s’adresser aux débutants. Ceux et celles qui commencent la course à pied et qui se sentent démoralisés par la difficulté qu’ils traversent en se demandant s’ils ne vont pas arrêter…

Non n’arrêtez pas ! En course à pied, il y a des paliers à franchir et vous en êtes sûrement là tout simplement.

Au début, on court quelques mètres ou centaines de mètres et on s’arrête, oui, c’est NORMAL !!!

Le corps a besoin de temps pour assimiler les choses.

Vous êtes bien conscients que vous n’avez pas appris à parler, à marcher, à écrire ou encore à lire du jour au lendemain…

En course à pied c’est la même chose. Donnez le temps au temps. Vous allez me dire : « Oui, mais ce n’est pas facile ! » Alors je vous répondrais que je n’ai jamais dit que c’était facile, mais on peut limiter les dégâts en suivant des conseils tout simples.

5 astuces pour débuber en CAP

  1. Pour bien débuter : Courir, marcher, courir, marcher…

Oui, pourquoi pas ? Courir 5, 10 Km, un semi-marathon ou un marathon ne s’improvise pas et il y a un début à tout. Alors si ce début demande de marcher de temps en temps, c’est ok. C’est la 1ère étape à accepter. Acceptez que vous en soyez là aujourd’hui. Demain est un autre jour, chaque chose en son temps. Les progrès viendront à travers votre assiduité. Plus vous allez vous y tenir et plus vous allez progresser. Vous débutez, ne courez pas trop vite. La vitesse idéale est celle où vous pouvez tenir une conversation. Trouvez votre rythme, tenez-le et ne le variez pas pour le moment. Si vous courez entre amis, ne vous laissez pas emporter par le rythme des autres, vous risquez de vous ‟griller”. Tant pis si les autres filent, votre temps arrivera où vous pourrez les suivre, mais pas pour le moment.

  1. L’hydratation

Même si vous ne courez pas longtemps, emportez avec vous un peu d’eau. Une petite gorgée de temps en temps vous rafraichira et vous fera le plus grand bien. Dans les magasins de sport, vous trouverez des ceintures avec de quoi accrocher de petites gourdes. L’hydratation est trop souvent négligée chez le coureur à pied ce qui peut être un facteur de blessures. Ne faites pas cette erreur, prenez de bonnes habitudes dès le début et dans la journée buvez votre litre d’eau. Le manque d’hydratation favorise la concentration d’acide urique. L’eau est le meilleur moyen de drainer l’acide, n’attendez-donc pas d’avoir soif. Le mieux pour y penser est d’avoir toujours une bouteille d’eau avec ou près de soi.

  1. Sortir de sa zone de confort

Progresser demande de sortir de sa zone de confort. Lorsque vous commencerez à courir plus longtemps, vous pourrez, de temps en temps, sur votre parcours courir un peu plus vite. Commencez par une vingtaine de minutes en courant à votre rythme de façon à bien vous échauffer, puis commencez à courir un peu plus vite durant 30 secondes, puis revenez à votre rythme, et recommencez cela 5 ou 6 fois. Terminez ensuite votre entrainement tranquillement. Ceci vous permettra de faire évoluer, et votre endurance, et votre vitesse.

Mais ne faites que ce qui vous semble juste. Si vous pensez de 5 ou 6 fois c’est encore trop, eh bien diminuez. Si au contraire cela vous semble un peu juste, au lieu de 30 secondes faites-le pendant une minute. Restez, quoi qu’il arrive, à l’écoute de votre ressenti et de votre corps. Dans les moments qui vous paraissent plus difficile, parlez-vous et dites-vous que vous êtes capable, que vous allez y arriver. Envoyez-vous des messages positifs, c’est important pour votre mental. A travers le système nerveux, le cerveau vous enverra une meilleure réponse que si vous vous dites que c’est dur ou que décidément vous ne valez rien. Retenez bien cette phrase qui m’aide beaucoup dans tous les domaines de la vie :

« Entre là où vous êtes et là où vous allez, il y a un tas de petites victoires »

Un apprentissage ne se fait pas du jour au lendemain, donc pas de précipitation, mais une assiduité ! Le meilleur moyen pour progresser est de sortir deux fois dans la semaine au départ, puis trois fois si vous le souhaitez, mais progressivement.

  1. La récompense

Pensez à ce qui pourrait vous faire plaisir après l’entrainement. Oui, la douche c’est sûr ! 😉 Mais cela peut être une petite sieste, un massage de temps en temps, une réflexologie plantaire, un soin du visage, un moment de lecture, un bon film… Oui, vous y avez droit, vous donnez tellement ! Cela vous encouragera d’autant à continuer vos efforts.

  1. Les étirements

  • A faire idéalement entre deux entrainements, jamais juste après. On n’étire pas un muscle avec des courbatures ou enraidi par la course à pied.
  • Inutile de s’échauffer avant les étirements.
  • Les étirements sont fait lentement et en douceur, pas d’à coups.
  • Un étirement ne doit jamais faire mal.
  • Les étirements se font sans chaussures et dans une ambiance agréable, confortable et propice à la relaxation.

etirements

Voilà les amis, j’espère que ce billet vous encouragera, soit à vous y mettre, soit à continuer sur cette voie. En tout cas, je vous y encourage. De plus, la famille des runners est une belle famille.

N’hésitez pas à me laisser un message ou vos commentaires, là en dessous, cela me fera plaisir de vous lire.

A bientôt !

Share Button