Hello !

Vous est-il déjà arrivé de ne pas obtenir ce que vous vouliez, et d’en être profondément déçu, frustré, ou même en colère, au point d’en jurer par tous les noms d’oiseaux ? Ha, ha, ha !!! Oui, n’est-ce pas ! Eh bien, à moi aussi c’est arrivé. Pourtant, quelques temps plus tard, la vie m’envoie souvent quelque chose d’encore mieux. De ce fait, aujourd’hui, je lâche plus facilement prise en me disant qu’effectivement autre chose de mieux m’attend certainement.

Je vais vous raconter une anecdote parmi tant d’autres.

Cette histoire est très parlante.

Mon fils venait de terminer son apprentissage dans la coiffure, sur Paris, et était embauché en CDI par son patron qui souhaitait le garder. Il fallait donc, urgemment, trouver un appartement, car il ne pouvait pas rester là où il était. Il ne lui restait qu’une semaine pour le faire, sinon il se retrouvait à la rue.

Après quelques démarches, il trouve un studio sur Montrouge, à vingt-cinq minutes de métro de son travail, merveilleux !

Veille de rentrée des classes, je me suis démenée pour trouver un petit fourgon pour son déménagement. J’en trouve un in-extrémiste, et je me suis dit que nous avions de la chance ! Nous étions jeudi soir.

Le vendredi, nous rassemblons toutes les affaires qu’il avait laissées chez nous près d’Angers, et nous remplissons le fourgon, fins prêts pour prendre la route de Paris, dès le lendemain matin pour l’emménager. Nous avions trois heures de route. Tout se présentait merveilleusement bien, jusqu’au moment où…

Vers 20h, je consulte mon téléphone portable et j’entends le message que la négociatrice de l’agence m’avait laissé à 19h qui nous stipulait qu’elle était désolée, mais le logement n’était plus attribué à mon fils. Le propriétaire avait changé d’avis, et ne voulais plus lui louer. Il préférait le laisser à quelqu’un de sa famille.

Vous imaginez ce que j’ai pu ressentir à ce moment là ! Malheureusement, rien n’avait encore été signé, nous devions faire les papiers le jour de l’emménagement, donc aucun recours…

Mon mari était très en colère, et moi complètement abasourdie !

Bon, il me fallait vite réfléchir à une solution. Je n’osais même pas l’annoncer à mon fils.

Réflexion

Au bout d’une demi-heure, voici ce qui m’est venue à l’esprit.

Nous avions loué le camion. Nous l’avions donc pour le week-end puisque nous ne pouvions plus le rendre, il était trop tard, le garage était fermé, et quoi qu’il en soit la location était payée.

J’ai dit à mon mari : “On vide le camion, et on va à Paris quand même, il faut absolument trouver quelque chose, on fera les agences.”

Lui : “Ok, et on met une moto dans le camion (nous sommes motards tous les deux). Circuler en moto à Paris nous sera plus facile, et plus rapide.”

J’ai rassemblé mon courage, et prévenu mon fils de cette déconvenue, en lui demandant de trouver une solution de dépannage pour la semaine suivante, parce qu’avec la meilleure volonté du monde, on ne pourra jamais trouver quelque chose avant une semaine. Je ne vous dis pas la déception… Pour lui remonter le moral, je lui ai dit ceci : “Tu sais Guillaume, si cela arrive, c’est qu’il y a sûrement quelque chose de mieux qui t’attend. Ce n’est pas un hasard. Tu verras, à maintes reprises j’ai pu le vérifier”.

Le lendemain, nous avons donc fait le chemin jusqu’à Paris en camion, et plus précisément jusqu’à Montrouge.

Nous avons commencé par l’agence qui nous avait fait faux bond, pour nous entendre dire qu’ils n’avaient rien d’autre à proposer pour l’instant, mais dès que quelque chose se présenterait, ils ne manqueraient pas de nous prévenir. Cela fait maintenant plus d’un an, et toujours rien. 🙁

Ensuite, je me suis dit : “On va faire les agences du quartier pour commencer, puisqu’on est là.”

La 1ère nous a dit qu’un studio se libérait dans un mois… Trop long.

La seconde, rien non plus.

A la troisième, on raconte notre déconvenue, et tenez-vous bien ! Voici ce que la personne nous a dit :

“Ecoutez, j’ai quelque chose qui vient de rentrer à l’instant. Un petit bijou. C’est à deux pas d’ici. Un très bon quartier, et mille fois mieux que le quartier où votre fils devait aller. Si vous voulez, je fais mon possible pour avoir les clés avant ce soir, afin que vous ne soyez pas obligés de faire un autre allé et retour juste pour une visite.”

Appart Guillaume

Ah mon Dieu ! Enfin un miracle !

Nous avons donc pu faire la visite, sans notre fils qui travaillait, mais effectivement, un petit bijou en rez-de-chaussée, donnant sur une petite terrasse entourée d’un jardin, et le tout pour un prix très correct.

cours paris é

Nous avons donné notre accord, signé une réservation cette fois-ci. Il ne restait plus qu’à emménager le week-end d’après.

Sans attendre, nous avons ensuite descendu la moto du camion, et nous avons filé rue du Louvre, dans le 1er arrondissement de Paris, annoncer la nouvelle à notre fils Guillaume. Il était aux anges, et nous aussi. On avait fait du bon boulot, et la vie nous a finalement aidés en fait à trouver encore mieux ! Il ne faut donc jamais s’avouer vaincu !

Il s’est débrouillé comme il a pu pendant une semaine, et le week-end suivant, il était enfin chez lui.

cuisine

Que retenir de cette histoire ?

La vie nous réserve parfois des surprises pour nous remettre sur le bon chemin. A nous de ne jamais nous avouer vaincu. On peut effectivement dire que cela a été un mal pour un bien.

Cela vous est-il déjà arrivé ce genre de chose ? Laissez vos commentaires, là en-dessous, vous savez que j’adore vous lire ! 🙂 Racontez-nous vos anecdotes.

A très vite !

Share Button